qui veille sur le cycle 4 – L’Un contre l’autre

Me voici allant à pieds à l’imprimerie (impression du nouveau livret) avec, pour seule barricade entre la rue et moi, mes idées fixes et mes obsessions. Cette fois je repense à “La Providence”, cette personnification féminine et, il faut se rendre à l’évidence, au fait qu’en langue arabe nous n’avons pas trouvé de personnification pour cet alter ego d’un dieu, mais la seule expression العناية الإلهيّة. On a du approuver cette traduction arabe utilisée depuis le neuvième siècle, et ça ne m’empêche pas de continuer de retourner cette pensée en tout sens. Si je rencontre F.J. Ossang, auteur de l’extrait traduit (ça c’est dans le cycle 4 très prochain) il faudra que je lui explique. Portée d’un mot à l’autre de l’extrait, je me plais à prononcer “celluloïd”, à volonté, et je pousse les portes en fer de l’imprimerie. Là, tout de papier, d’encre et de néons. Je me situe donc dans le bon intervalle entre l’extrait et mon raid dans la réalité. Arrivée près de la machine de seconde zone (on imprime en très petite quantité, en N&B, et sur une qualité de papier pas du tout appréciée par les imprimeurs) j’aperçois le Buster Keaton de Beckett sens dessus-dessous sous la bienveillance de Marie, revenue peut–être du cycle 1.

intensité des gris et des noirs √
imperfections du papier √
disparition des ectoplasmes √

Sara Sehnaoui – 12/06/2014 – Beyrouth

Advertisements
Video | This entry was posted in Écrits كتابات, Cinema, Librairie, Vidéos and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s