L’ange chez Victor Hugo, effleuré par Jacques Vergès

Maître Jacques Vergès, Serial Plaideur sur scène, citait Victor Hugo. La plume perdue par Satan dans sa chute, laissée comme “seul débris” au bord du gouffre des ténèbres, est nommée Liberté dans son poème La Fin de Satan.

 Une flamme semblait flotter dans son duvet ;
On sentait, à la voir frissonner, qu’elle avait
Fait partie autrefois d’une aile révoltée ;
Le jour, la nuit, la foi tendre, l’audace athée,
La curiosité des gouffres, les essors
Démesurés, bravant les hasards et les sorts,
L’onde et l’air, la sagesse auguste, la démence,
Palpitaient vaguement dans cette plume immense.

Jacques Vergès ne manquait pas de s’admirer. Il s’est éteint ce 15 août.

Jim-Campbell-Library-2004

New York Library, photogravure sur vidéo en basse résolution, installation de Jim Campbell, 2004

Advertisements
This entry was posted in Cinema. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s